One more silly website about pop culture, only nastier

TV/Séries

Notre Top 10 des séries de l'année

A quelques heures de la fin de l'année 2013, il est temps de faire le point sur les séries qui ont brillé au cours des 12 derniers mois ...


0

Mode
zen

Les choix de Mehdi:

Orange Is The New Black - Saison 1 (Netflix)

Créée par la personne derrière Weeds, Orange Is The New Black est l'une des plus belles découvertes de mon année télévisuelle. La série parvient à alterner les scènes dramatiques et comiques à merveille grâce à un excellent casting. En effet, l'une des forces de la série, c'est son ensemble d'actrices plus variées les unes que les autres. La première saison de la série ne comporte "que" 13 épisodes. La deuxième saison est prévue pour le milieu de l'année prochaine.

Shameless US - Saison 3 (Showtime)

Encore trop peu regardée par le public français, Shameless US (la série est le remake américain de Shameless, série anglaise qui s'est achevée il y a quelques mois) contient tout ce que j'attends d'une série : du drame, de l'humour, une bonne bande-son et une bonne réalisation, … Shameless a tout ça mais Shameless a surtout Emmy Rossum, l'actrice principale de la série qui n'a absolument rien à envier à des Kerry Washington, des Claire Danes ou des Julianne Margulies.

SouthLAnd - Saison 5 (TNT)

Annulée il y a quelques moins, SouthLAnd a pourtant délivré cette année l'une (la ?) de ses meilleures saisons grâce à de nombreuses prises de risques qui ont permis à la série d'offrir des épisodes tout simplement hallucinant (je considère l'avant-dernier épisode de la série comme l'un des plus puissants que j'ai pu voir de toute ma vie). La série sera morte dans l'indifférence la plus totale mais il n'est pas trop tard pour corriger votre erreur et vous lancer dans cette série qui s'est bonifiée au fil des années.

Parenthood - Saison 4 (NBC)

Parenthood est le meilleur drama familial diffusé à la télé américaine depuis plusieurs années. L'authenticité des personnages les rend si attachants que l'absence de rythme qu'on peut reprocher à la série de temps en temps est pardonnée. Cette quatrième saison, marquée par le cancer d'un des personnages principaux, a offert des scènes puissantes, émouvantes, jouées par l'un des meilleurs castings de la télévision US.

Homeland - Saison 3 (Showtime)

La saison 3 de Homeland est à mon sens divisée en deux parties : les 4 premiers épisodes d'une part, les 8 suivants d'une autre. Après les trois premiers épisodes, j'étais prêt à abandonner la série tant le rythme était lent, les intrigues peu passionnantes, … Et à partir de la fin de l'épisode 4, la saison s'envole pour s'améliorer d'épisode en épisode afin finir de la meilleure façon qui soit, une issue qui permettra à la série de se renouveler en saison 4.

Les choix de Damien:

Archer - Saison 4 (FX)

Injustement ignorée par la plupart des listes de fin d’année, peut-être parce qu’elle est diffusée en début d’année, ou parce que c’est une série animée, Archer a passé le cap important de la 4ème saison cette année, un moment dans la vie d’une série où le rythme de croisière a été trouvé, où le téléspectateur a bien pris ses marques et où l’âge de celle-ci peut commencer à se faire sentir. Archer en 2013 a continué d’explorer et parodier les clichés des films d’espionnage et à beaucoup faire rire avec son humour politiquement incorrect, étant peut-être la série animée qui va le plus loin dans les répliques crues et le NSFW. Mais ce que Archer a continué à prouver cette saison, c’est qu’elle est aussi capable d’humaniser ses personnages, et à faire évoluer leur situation d’épisode en épisode, on ressent par moment leur passé lourd et la force de leurs relations. Avec en plus un double-épisode final exceptionnel qui une fois de plus s’est payé le luxe d’avoir une des grandes stars de la télé US en guest star (Jon Hamm, après Bryan Cranston l’année dernière)

 

Girls – Saison 2 (HBO)

Cette année, la série de Lena Dunham a continué de faire ce qu’elle a fait de mieux lors de sa première saison : nous montrer le contraire de ce que l’on a envie de voir et aliéner le téléspectateur. Juger cette saison de dix petits épisodes comme un tout est même difficile, tellement il y a des changements de ton hallucinants. On passe d’une excentrique expérience sous coke dans l’épisode 3 à une escapade sexuelle qui nous montre l’héroïne sous son jour le plus vulnérable et solitaire face à un Patrick Wilson qui semble tout droit sorti d’un rêve deux épisodes plus tard, puis à une fin de saison qui semble tout avoir piqué à une comédie romantique, sans oublier de ridiculiser à peu près tous les protagonistes au moins une fois au cours de la saison. Une série qui a provoqué beaucoup de débats encore une fois cette année, et a confirmé Lena Dunham comme une des voix les plus importantes de cette génération télévisuelle.

 

Veep – Saison 2 (HBO)

L’autre nouveauté 2012 côté comédie sur HBO, qui suit le quotidien du Vice-Président Selina Meyer et de son équipe, a confirmé son statut de meilleure série comique au sens propre du terme. Les coulisses de la Maison Blanche nous ont semblé étrangement proches de la réalité (avec l’épisode du Shutdown), et tout nous est paru encore plus jouissif quand Selina, interprétée par Julia Louis Dreyfus, qui nous offre la meilleure performance comique féminine actuellement (à égalité avec Amy Poehler), part en vrille à plusieurs reprises au court de la saison. On passe de crise majeure à tentative de fixage sans cesse et on ne s’en lasse pas. Le cast de persos secondaires qui gravite autour du Veep permet à la série d’exploiter son potentiel comique au maximum, ça nous donne envie d’être au printemps 2013 pour découvrir la saison 3.

 

Masters of Sex – Saison 1 (Showtime)

Il y avait beaucoup de doutes autour de cette série avant son lancement, compte tenu de son sujet, mais ces doutes ont été effacés dès le pilot, et j’en encourage vraiment tous ceux qui ont gardé ces aprioris de se lancer immédiatement dans le visionnage de cette première saison. Masters Of Sex peut être considérée comme meilleure nouveauté de l’année sans problème. Avec un duo d’acteurs magistraux à sa tête, Michael Sheen (nominé aux Golden Globes) et Lizzy Caplan (injustement oubliée des Golden Globes), et des personnages secondaires aussi excellents (Allison Janney notamment), on peut dire que la relève est parfaitement assurée, alors que les séries les plus emblématiques de la seconde moitié des années 2000 comme Breaking Bad et Mad Men se terminent.

 

Breaking Bad – Saison 5 (AMC)

Tout a été dit sur Breaking Bad lors de la diffusion des ultimes épisodes de celle-ci cet été, si bien qu’on a frôlé l’overdose d’hommages et de rétrospectives. Dès le début de la deuxième partie de cette saison 5 entamée l’année dernière, le créateur Vince Gilligan a décidé de dépasser nos attentes, on continuant toujours plus d’accélérer à un rythme de plus en plus fou la descente aux enfers de Walter White, n’hésitant pas à dynamiter à plusieurs reprises des enjeux si habilement construits ; pour finalement mettre un énorme coup de frein à deux épisodes de la fin de la série, pour nous laisser contempler les conséquences de l’entreprise infernale qu’a monté Walter.

Réactions